Scandales Au Sénat: La Grc Doit Enquêter, Estime Le NPD

La lumière doit être faite sur l’implication du bureau du premier ministre dans l’opération camouflage des conservateurs

 OTTAWA — 21 mai 2013-  Le plus gros scandale à éclabousser le gouvernement conservateur de Stephen Harper depuis 2006 se trame présentement à Ottawa, où le député de Sherbrooke, Pierre-Luc Dusseault, réclame une enquête indépendante de la GRC pour déterminer ce qui s’est produit et s’assurer que ceux qui ont contourné la loi soient punis.

 Ce week-end, le chef du cabinet de Stephen Harper, Nigel Wright, a été forcé de démissionner après que des médias aient révélé le fait qu’il a conclu une entente secrète avec le sénateur Mike Duffy, pour étouffer une affaire qui le met dans l’embarras. Rappelons que le sénateur est accusé d’avoir réclamé des dépenses de 90 000$ auxquelles il n’avait pas droit.

 « Les Sherbrookois et Sherbrookoises travaillent fort et paient leurs parts d’impôt. C’est inacceptable que des sénateurs conservateurs ou libéraux tentent de s’enrichir sur leur dos. Il est encore plus scandaleux que le bureau du premier ministre tente de camoufler l’affaire», indique Pierre-Luc Dusseault, député de Sherbrooke.

 À l’heure actuelle, on compte trois conservateurs qui ont démissionné en lien avec les scandales au Sénat. Ces derniers développements mettent en lumière le manque du jugement systématique de M. Harper lorsqu’il est question de reddition de comptes et d’éthique.

 «Les conservateurs nous avaient promis un gouvernement plus transparent, plus ouvert. Ils avaient promis qu’ils feraient le ménage des scandales libéraux à Ottawa. Maintenant, nous apprenons qu’ils tentent de camoufler leurs propres scandales. Stephen Harper a rompu encore une fois, sa promesse aux Canadiens», conclut Pierre-Luc Dusseault.