LA MINISTRE DE LA SANTÉ MET EN PÉRIL LE SYSTÈME PUBLIC DE SOINS DE SANTÉ

Le porte-parole du NPD en matière de santé, Don Davies, a fait la déclaration suivante :

« Après son échec à négocier de façon équitable en vue de parvenir à un nouvel Accord sur la santé avec toutes les provinces, le gouvernement fédéral utilise des tactiques de discorde afin de mettre de la pression sur les dirigeants provinciaux pour que ceux-ci acceptent ses importantes compressions dans les transferts en santé.

Cette approche de division met en péril l’obligation légale visant à assurer la prestation de services de santé équivalents à l’échelle du pays.

Ce qui est aussi alarmant, c’est que la ministre fédérale de la Santé, Jane Philpott, semble disposée à mettre en danger les valeurs propres au système public de soins de santé du Canada dans l’optique de conclure des ententes avec les provinces.

En novembre, la ministre a écrit une ordonnance de cessation à la Saskatchewan, disant que le programme d’imagerie par résonance magnétique de la province “allait à l’encontre des principes fondamentaux de la Loi canadienne sur la santé”. Or, elle a maintenant abandonné son devoir de défendre le système public de soins de santé du pays dans l’unique objectif de parvenir à une entente avec une seule province.

Nous craignons que cela puisse avoir des répercussions négatives sur les soins de santé à l’échelle du pays, si des exemptions semblables étaient incluses dans les accords signés avec d’autres provinces.

Le gouvernement libéral a manifestement renoncé à ses tentatives de fédéralisme collaboratif, et il abandonne maintenant lors des négociations sa responsabilité de faire appliquer la Loi canadienne sur la santé.

Les néo-démocrates ont participé à l’instauration du système public de soins de santé du Canada et continueront à le défendre contre toutes autres tentatives de privatisation. »

-30-

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :
Centre des médias du NPD : 613-222-2351 ou ndpcom@parl.gc.ca