Changements Majeurs L’assurance-Emploi : Inacceptable Pour L'estrie

SHERBROOKE, le 1er juin 2012 — Les députés néo-démocrates Pierre-Luc Dusseault (Sherbrooke), Jean Rousseau (Compton–Stanstead), Pierre Jacob (Brome-Missisquoi), ainsi que le Mouvement des chômeurs et chômeuses de l’Estrie et la Fédération des travailleurs du Québec (FTQ), ont dénoncé cet avant-midi les changements radicaux imposés au programme d’assurance-emploi par le gouvernement conservateur.

Rappelons que les conservateurs ont récemment annoncé que certains chômeurs devront dorénavant accepter tout travail situé à moins d’une heure de leur domicile, et ce, même si le salaire offert est inférieur de 30% à leur emploi précédent, sous peine de voir leurs prestations annulées.

«Il n’y a aucune raison de discriminer de la sorte les chômeurs du pays, a indiqué M. Dusseault. Ce programme doit rester accessible à tous ceux qui en ont besoin. Les travailleuses et travailleurs saisonniers, nombreux au Québec et en Estrie, seront particulièrement désavantagés alors qu’ils n’ont pas le contrôle de la durée de leur emploi.»

«Ce geste trahit une méfiance, voire une certaine haine envers les travailleurs qui se retrouvent sans emploi, a ajouté M. Rousseau. Je m’y oppose avec vigueur.»

Quant au député Pierre Jacob, dont le tourisme est un moteur de l’économie de sa circonscription, il anticipe de graves répercussions sur les emplois saisonniers de la région. «Ces nouveaux aménagements au régime de l’assurance-emploi vont pénaliser les travailleuses et les travailleurs saisonniers au détriment du tourisme, qui est un important secteur économique et qui correspond à la réalité socio-économique de nos communautés rurales», indique-t-il.

Le Mouvement des chômeurs et chômeuses de l’Estrie dénonce lui aussi le geste disgracieux des conservateurs. «Cette campagne de peur en dit long sur l’arrogance du gouvernement actuel, a indiqué M. Denis Poudrier. Déjà, plusieurs travailleurs qui perdent leur emploi ne sont pas éligibles pour une prestation d'assurance-emploi. Ces changements vont encore une fois compliquer la tâche aux chercheurs d'emploi.»

Même son de cloche à la Fédération des travailleurs du Québec (FTQ). « La caisse de l'assurance-emploi est payée par les travailleurs et les employeurs. Le gouvernement n'a pas à mettre son nez là-dedans. Les conservateurs agissent comme s'il s'agissait de leur argent, comme les libéraux l'ont fait dans le passé. Il faut combattre ces nouvelles mesures qui pénalisent les travailleurs», conclut Marc Bellemare.